jacques_myard  crs_4

Communiqué de presse de Jacques Myard, député UMP, Président du Cercle Nation et République

Source : http://www.deboutlarepublique.com

Le Président de la République a voulu, à l'évidence, tenir hier soir, un discours équilibré pour paraître juste entre répression et politique d'intégration.

Le souci est louable et légitime mais il n'est pas certain que cela réponde à la réalité.

L'intégration est le résultat d'une double-volonté, celle de la société qui accueille mais aussi celle des individus qui font ou non l'effort de s'y intégrer.

Il y a un fort taux de chômage dans les banlieues, le double de la moyenne nationale; c'est vrai mais cela signifie aussi que 80 % ont trouvé un travail.

Les casseurs sont chômeurs, ce qui serait leur excuse principale mais tous les chômeurs ne sont pas des casseurs, c'est même une infine minorité. Le déterminisme géographique, social ou ethnique n'exist pas !

Il faut aider les associations qui travaillent sur le terrain à l'intégration, certainement ! Mais il faut aussi contrôler strictement l'emploi des fonds publics car trop d'exemples démontrent que certaines associations sont devenues des associations lucratives sans but d'abord au service de la bureaucratie associative.

" Les discriminations sapent les fondements de la République ", oui, tout comme le racisme ordinaire anti-français qui fait florès dans certains quartiers, et sur lesquels l'Etat ferme les yeux par lâcheté, notamment dans les chansons rap.

La mixité est a encourager : oui, mais avec une loi stalinienne qui impose partout 20 % de logements sociaux au mépris des réalités de l'environnement et des possibilités foncières. Cessons d'avoir mauvaise conscience et de culpabiliser à l'envi !

Il n' y a pas d'un côté des banlieues victimes et de l'autre une société coupable : ce pathos gauchiste repris aujourd'hui a satiété par  nombre d'observateurs et jusqu'au sommet de l'Etat et justement à l'origine de l'échec des politiques suivies depuis 25 ans.

Ce qui est en cause c'est d'abord l'autorité. Autorité dans les familles et surtout les familles polygames qui recréent ici leurs structures africaines et n'ont rien à faire en France, autorité à l'école et dans la rue.

Faire des banlieues  des victimes et le pire service à rendre à nos concitoyens qui y vivent !